A Sévrier, le niveau du lac d’Annecy a baissé. ©Emilie Massemin / Reporterre

La Haute-Savoie a connu cet été un épisode de sécheresse sans précédent. Le lac d’Annecy a atteint son niveau le plus bas depuis 1947. En montagne, la neige diminue et les glaciers reculent. Face au dérèglement climatique, les professionnels du tourisme cherchent tant bien que mal à s’adapter.

Sous le ciel désespérément sec de cette fin novembre, de longues plages de sable remplacent les vaguelettes sur les berges du lac d’Annecy (Haute-Savoie). A l’heure où il devrait faire le plein grâce aux pluies automnales, le lac a atteint son plus bas niveau depuis 1947. « La cote du lac, habituellement proche des quatre-vingts centimètres, est actuellement à seize centimètres [1], indique Thierry Billet, adjoint au maire d’Annecy, vice-président climat, air et énergie de la communauté d’agglomération « Grand Annecy » et vice-président du Syndicat mixte du lac d’Annecy (Sila), joint au téléphone par ReporterreNous avons eu beaucoup d’eau cet hiver, avec une cote supérieure à quatre-vingts jusqu’à fin juin. Ensuite, le niveau a chuté de plus de soixante-dix centimètres, du fait de l’absence de pluie et de fortes chaleurs qui ont provoqué une très forte évaporation. » Le palmarès des niveaux les plus bas – trente et un pendant la canicule de l’été 2003, quarante-deux à l’automne 2009, cinquante à l’été 2016 – s’allonge. Et le record de 1947, où la cote s’était établie à onze, n’est pas loin.

Lire la suite sur le site de Reporterre