Cap de la Houssaye, La Réunion. ©Jakob Hürner/FlickrCC

Sous l’effet du réchauffement, le moustique étend la zone de propagation de cette maladie. La Réunion est particulièrement vulnérable, mais la métropole n’est plus épargnée.

Pour signaler un moustique tigre aux autorités sanitaires, il faut disposer soit d’une photo, soit d’un moustique « dans un état permettant son identification ». Pas écrabouillé, donc. Ça n’est pas une blague : « Le moustique tigre (Aedes albopictus) est une espèce invasive de moustiques particulièrement nuisante installée en France depuis 2004, prévient le site officiel signalement-moustique.fr. Il est implanté dans 42 départements. Dans certains cas, il peut être vecteur de maladies comme la dengue ou le chikungunya. Les autorités sanitaires suivent donc avec attention l’extension de son implantation. » Indications pour le reconnaître : il a l’abdomen rayé, ne fait pas de bruit et ses piqûres font mal. Diurne, il attaque de bonne heure et à la tombée de la nuit. Il goûte la densité urbaine et prolifère dans les retenues d’eau : souches, pots de fleurs, récipients, gouttières, terrasses…

Lire la suite sur le site de Politis