Mercato del carbonio cinese: luce verde all’ETS più grande del mondo

Marché du carbone : premières fuites sur l’ETS indien

Photo de jwvein de Pixabay

En 2026, le nouveau marché du carbone sera pleinement opérationnel

(Rinnovabili.it) – Il couvrira 37 % des émissions nationales, sera pleinement opérationnel en 2026 et sera soutenu par un fonds de stabilisation pour éviter que les prix ne chutent trop bas. Ce sont les premiers messages rendus publics sur la constitution marché du carbone de l’Inde. Le troisième pollueur mondial a commencé cette année à faire les premiers pas vers la construction d’un système national d’échange de carbone, en vue de respecter la feuille de route annoncée l’an dernier à Glasgow qui devrait conduire à la neutralité climatique d’ici 2070.

Aujourd’hui le charbon couvre 44 % de la demande d’énergie primaire du pays asiatique, la pétrolium 25% et le gaz fossile 6%. En 2019, les centrales électriques au charbon du pays ont rejeté à elles seules 1,1 Gt de CO2e dans l’atmosphère, soit près de quatre fois les émissions totales de l’Italie en un an. Pour réduire l’utilisation des énergies fossiles, l’ETS en construction semble être le seul outil viable à l’heure actuelle. En fait, tant les nouvelles contributions volontaires nationales que la stratégie à long terme définie par secteur productif présentée l’année dernière sont vagues ou manquent de détails.

Lire aussi Neutralité climatique : l’Inde annonce enfin de nouvelles CDN

Selon les premières rumeurs recueillis par l’agence Reutersle marché indien du carbone peut compter sur un fonds de stabilisation pour éviter que le prix des quotas de carbone ne baisse trop. Ce qui aliénerait les investisseurs et n’inciterait pas suffisamment l’industrie à se décarboner.

Le fonds sera mis à la disposition d’un régulateur du marché, qui pourra acheter des actions lorsque les prix du CO2 seront trop bas. Bref, un outil similaire à certains égards au Réserve de stabilité du marché introduit dans l’ETS européen en 2019 pour soutenir les prix. Cela a bien fonctionné.

Lire aussi L’Inde rattrape son retard : 500 GW de capacités renouvelables en 10 ans

Le marché du carbone ne devrait pas seulement couvrir le CO2 mais aussi cinq autres gaz à effet de serre. Et elle ne sera obligatoire que pour certains secteurs, une dizaine de ceux dont l’intensité carbone est la plus élevée selon les prévisions, dont raffineries, acier, aluminium et ciment.

A lire également