Acquisto crediti incagliati

Rachat de crédits problématiques : combien y en a-t-il vraiment ?

Photo de Michel Scott depuis Pixabay

L’initiative privée suffira-t-elle à acheter les prêts à problèmes qui attendent dans les caisses des contribuables ?

(Rinnovabili.it) – C’est vrai Décret législatif Superbonus 11/2023 il a prolongé les 110 pour les villas, il a débloqué la décote sur la facture pour construction libre, il a étalé la déduction sur 10 ans, mais qu’est-il advenu de l’urgence pour le rachat des prêts à problèmes ?

Plus d’un mois après la table technique tenue à MEF pour trouver une solution au problème, il ne semble toujours pas y avoir trace du fatidique « carte des prêts problématiques« d’avoir noir sur blanc les montants et les temps de stockage dans les tiroirs fiscaux. Le texte voté à l’hémicycle »n’apporte aucune réponse», souligne le Prolongation de l’AIICConfédération nationale de l’artisanat.

Les estimations en disent plus 19 milliards d’euros en attente d’achat, mais en fait le stock précis de crédits que le marché est incapable d’absorber pas connu.

« L’Etat ne peut pas abandonner aux entreprises qui ont des clients avancés un avantage économique prévu par la loi. A cet égard, il n’est pas concevable que la solution à l’urgence vienne d’initiatives privées surtout en référence à l’urgence des temps ». Ppoursuit le CNA, évoquant surtout la proposition annoncée ces derniers jours par les porte-parole du ministère et qui verrait Enel X comme l’acteur principal d’une plateforme de rachat de crédits problématiques.

« La solution (le rachat de prêts problématiques) ne passera pas par le Parlement” il a précisé Marco Osnato la semaine dernière en marge des travaux de la commission des finances du décret législatif 11/2023.

Alors, qui prendra la charge de sauver les nombreux travailleurs et entreprises actuellement sans liquidités, mais avec des tiroirs fiscaux pleins de crédits ?

Les protestations des exodats du Superbonus continuent

En attendant, les protestations des ouvriers du bâtiment se poursuivent qui, après la manifestation du 21 mars, se sont rassemblés à Gênes sous le slogan « Plus de mauvais prêts”. Il y aurait cinq demandes des manifestants pour débloquer les transferts :

  • la réouverture de l’acquisition par l’intermédiaire de sociétés bénéficiaires telles que Cassa Depositi e Poste ;
  • limiter la décote maximale applicable par rapport à la valeur nominale des crédits transférables ;
  • laisser aux Banques la possibilité de compenser les créances des sommes dues avec les F24 des clients afin qu’il leur soit possible de reprendre les acquisitions auprès des entreprises et Entreprises Générales ;
  • report d’impôts en F24 dû 120 jours ;
  • prolongation des chantiers entamés jusqu’en 2024, considérant que seuls les chantiers où des travaux sont effectivement en cours peuvent être documentés.

Les banques rouvrent-elles le rachat de crédits ?

Sur ce front également, le gouvernement a essayé d’agir pression sur les institutions financières demandant de rouvrir dans la mesure du possible le rachat de crédits immobiliers. Un amendement au Décret Superbonus a pris soin d’apaiser les craintes des banques d’acheter de « faux » crédits qui pourraient ensuite être saisis. Dans le texte, le « responsabilité solidaire» du cessionnaire en introduisant une attestation confirmant la possession de tous les documents nécessaires exigés par la loi.

En attendant la première banque à rouvrir le rachat de crédits est UniCredit avec des modalités, des délais et des limites économiques définis ces derniers jours.

A lire également