Siccità in Amazzonia: 30 volte più probabile per la crisi climatica

30 fois plus probable qu’il y ait une crise climatique

Dans le climat actuel, la sécheresse en Amazonie de ces derniers mois se produirait une fois tous les 100 à 120 ans.

(Rinnovabili.it) – Depuis la mi-2023, toute l’Amazonie est en proie à la sécheresse. De telles valeurs n’ont jamais été enregistrées depuis maintenant 120 ans. Et les conséquences se font sentir. Tous deux sur l’écosystème forestier le plus précieux au monde, qui est également un hotspot mondial de biodiversité, avec des niveaux de rivières au plus bas. Tant sur les économies des pays de la région, qui dépendent largement de l’hydroélectricité : elle représente 80 % du mix électrique du Brésil, 79 % de celui de la Colombie, 68 % de celui du Venezuela, plus de la moitié de la production électrique de l’Équateur et du Pérou, et 32 % de celui de la Bolivie. Derrière la sécheresse en AmazonieCependant, il n’y est pas El Niño, même si l’un de ses principaux effets est de laisser cette région sèche. Il y a la crise climatique. Multiplié par d’autres facteurs anthropiques, notamment la déforestation et les pressions de l’agro-industrie.

Le réchauffement climatique derrière la sécheresse en Amazonie

C’est le changement climatique qui l’a fait 30 fois plus probable sécheresse en Amazonie, tandis que le « Bambino » a une influence décidément négligeable. Le il a établi une étude du World Weather Attribution publiée ces derniers jours, qui évalue à la fois l’état de sécheresse des zones forestières et celui des zones agricoles. « La probabilité de sécheresses météorologiques a été multipliée par 10, tandis que les sécheresses agricoles sont devenues environ 30 fois plus probables »lit-on dans l’étude.

La contribution de « l’Enfant », phénomène lié à la variabilité naturelle du climat terrestre, et non à l’influence de l’homme, est là mais a un impact mineur dans l’ampleur exceptionnelle de la sécheresse en Amazonie. « El Niño a réduit la quantité de précipitations dans la région à peu près autant que le changement climatique »explique l’étude, « Cependant, la forte tendance à la sécheresse est presque entièrement due à la hausse des températures mondiales, de sorte que la gravité de la sécheresse actuelle est largement due au changement climatique. ».

Que nous réserve l’avenir ?

Même dans le climat actuel, il s’agit en tout cas d’un événement véritablement exceptionnel : il se répéterait une fois par siècle pour les sécheresses météorologiques et une fois tous les 120 ans pour les sécheresses agricoles. Et dans le futur, compte tenu du poids du réchauffement climatique ?

« À moins que le monde cesse rapidement de brûler des combustibles fossiles et de déforester, ces événements deviendront encore plus fréquents à l’avenir. Dans un monde 2°C plus chaud que le monde préindustriel, un événement comme celui-ci deviendrait encore plus probable d’un facteur supplémentaire de 4 pour la sécheresse agricole (tous les 10-15 ans) et d’un facteur supplémentaire de 3 pour la sécheresse météorologique ( tous les 30 ans environ) »calculent les auteurs.

A lire également