EL PAÍS

La plateforme pour la climatisation des salles de classe présente plus de 70 000 signatures pour traiter l'initiative législative populaire

La Plateforme Autonome pour la Climatisation et l'Adaptation des Centres Éducatifs Publics a réussi à rassembler 70.895 signatures – 50.000 étant nécessaires – pour élaborer une Initiative Législative Populaire (ILP) pour lutter contre la chaleur dans les centres éducatifs publics. La balle est désormais à l’Assemblée de Madrid. Après la présentation ce lundi des documents avec les signatures qui soutiennent l'ILP, le Conseil d'Assemblée comptera et déclarera s'il y a au moins 50 000 signatures valables. Si c’est le cas, le processus d’élaboration du projet de loi commencera.

Les signatures, présentées à l'Assemblée dans cinq cases, ont été recueillies au cours des trois derniers mois par la Fédération des associations de parents d'élèves Francisco Giner de los Ríos (FAPA), avec le soutien de CC OO, de l'UGT et de la Fédération régionale. des Associations de Quartiers (Fravm). María Carmen Morillas, présidente de la FAPA, espère qu'après les efforts déployés pour obtenir le soutien des citoyens, les partis politiques soutiendront désormais l'initiative. « Nous serons très attentifs au processus qui viendra plus tard, à savoir le débat des partis politiques et la demande que nous avons faite au PP, au PSOE et à Más Madrid pour parvenir à un consensus et matérialiser la climatisation des centres », a déclaré Morillas. déclaré après l'enregistrement des signatures. La plateforme n'a pas rencontré Vox. « Nous rencontrons des partis politiques conscients du changement climatique », a commenté le président de la FAPA.

Une fois que le Bureau de l'Assemblée aura accepté le texte pour traitement, il sera envoyé à la Commission de Participation. Là, un représentant de la plateforme expliquera l'initiative et, si elle est acceptée, entamera le processus de traitement comme les autres lois. Les partis politiques peuvent apporter leur soutien à la proposition. Ce lundi, par exemple, le député Jesús Celada et la conseillère María Caso du PSOE ont assisté à la remise des signatures et ont exprimé leur soutien. « La société civile a fonctionné, maintenant c'est aux hommes politiques », a assuré Celada, « il semble incroyable qu'au 21ème siècle nous devions exiger une loi qui rende les centres éducatifs plus favorables au climat ».

L'ILP cherche à concrétiser une résolution de 2018 qui exhortait la Communauté de Madrid à agir contre les conséquences du changement climatique dans les salles de classe. Le texte ordonne de réglementer les conditions minimales d'enseignement et de réception des cours dans les écoles, de mettre en œuvre des solutions qui – contrairement à la climatisation conventionnelle – consomment moins d'énergie et génèrent moins d'émissions, et de réaliser des audits énergétiques pour détecter ce qui manque dans les centres. Tout ce qui va être fait doit être planifié avec des budgets annuels et cette information doit être publique, pour des raisons de transparence. Teresa Jurado, secrétaire à l'Éducation du syndicat UGT, a souligné la participation des familles et des organisations civiles tant dans l'élaboration participative du PIL que dans la logistique pour recueillir plus de 70 000 signatures entre les mois. « Les citoyens madrilènes sont très conscients du respect des réglementations en matière de santé au travail et de climatisation dans les centres éducatifs », a souligné Jurado.

Actuellement, la Communauté de Madrid ne dispose pas de diagnostic de la climatisation dans les centres éducatifs publics et ne dispose pas non plus de données sur les centres qui manquent de solutions contre la chaleur. Jiec, par exemple, a envoyé deux demandes d'informations, protégées par la loi de transparence, pour savoir quelles écoles et instituts disposent de la climatisation et quels centres ont bénéficié des 38,3 millions d'euros d'investissements contre la chaleur entre 2023 et 2024. Cependant, les deux les demandes ont été refusées. Dans certains centres éducatifs, en raison du manque d’investissements publics pour climatiser les salles de classe, les parents ont fini par payer de leur poche les auvents et les ventilateurs.

Ce qui affecte le plus, c’est ce qui se passe le plus près. Pour ne rien manquer, abonnez-vous.

CONTINUE DE LIRE

Rien que cette dernière année, CC OO a détecté 518 incidents dus à la chaleur grâce à la campagne de plaintes. « Ces incidents font qu'il fait plus de 27 degrés et que, dans certains cas, ils dépassent 33 et 35. Après avoir enregistré les incidents, nous surveillons centre par centre et le faisons remonter à l'inspection du travail », a détaillé ce lundi le secrétaire général du La Fédération éducative CC OO, Isabel Galvín, a ajouté que l'Inspection du travail avait déjà émis des résolutions favorables au ministère pour la climatisation des centres. « Mais en fin de compte, il ne le fait pas. Nous allons soumettre ces résolutions favorables aux tribunaux, en leur demandant d'intervenir », a annoncé Galvín.

Ce n'est pas la première fois que le secteur de l'éducation présente un PIL à l'Assemblée. Cela s'est déjà produit en 2007, lorsque la FAPA, la CC OO et l'UGT ont présenté 72 000 signatures pour promouvoir un ILP pour la coexistence scolaire. Le projet n'a cependant pas abouti au Parlement de Madrid. Les attentes, mais aussi les craintes, sont donc cette fois élevées. Le porte-parole adjoint du PSOE à l'Assemblée, par exemple, a rappelé que cette année, ils ont présenté une proposition non légale (PNL) « pour faire un inventaire des besoins réels des centres éducatifs et permettre une ligne de crédit extraordinaire pour couvrir les dépenses de climatisation. Mais le PNL n'a pas obtenu les voix nécessaires dans une Assemblée où le PP dispose de la majorité absolue.

A lire également