Contaminazione da pesticidi: occhio ai cocktail di fitofarmaci

Attention aux cocktails de pesticides

Les chiffres du rapport « Stop aux pesticides dans votre assiette 2023 »

(Rinnovabili.it) – Nous avons de moins en moins de pesticides dans nos assiettes, mais dans 1 cas sur 4 nous avalons des « cocktails de pesticides » dont les effets sur la santé ne sont pas exactement connus. Là contamination par les pesticides a diminué de 5 points de pourcentage en 1 an : les échantillons présentant des traces de produits chimiques – qui respectent de toute façon les limites imposées par la loi – ont diminué de 44,1 à 39,2%, tandis que ceux présentant des excès supérieurs à la norme sont restés à 1,62%. Mais dans 15,67% des échantillons réguliers, des traces d’au moins un pesticide ont été trouvées et 23,54% peuvent être classées comme multirésidus.

Les chiffres des contaminations aux pesticides en Italie

Ce sont les nombres de Arrêtez les pesticides dans votre assiette 2023, le dossier Legambiente en collaboration avec Alce Nero qui fait le point sur les pesticides présents dans les aliments sur nos tables. Une fois de plus le fruit c’est l’aliment le plus contaminé par les pesticides qui arrive sur nos tables. Plus de 67,96 % des échantillons contiennent un ou plusieurs résidus (trouvés dans 84 % des poires, 83 % des pêches, 53,85 % des poivrons). Le pourcentage le plus élevé d’irrégularités a été constaté dans les fruits exotiques (bananes, kiwis et mangues), soit 7,41 %. Et les fruits se distinguent toujours par des traces multi-résidus. 17 résidus ont été trouvés dans 3 échantillons de raisins secs, 14 résidus dans un échantillon de pêche et 12 résidus dans un échantillon de fraise.

Quels sont les pesticides que nous introduisons le plus souvent dans notre corps ? De l’analyse illustrée dans le rapport, ils ressortent Acétamipride, Fludioxonil, Boscalid, Diméthomorphe. Mais aussi des substances néonicotinoïdes qui ne sont plus autorisées dans l’UE. Par exemple le Thiaclopride dans des échantillons de pêche, pamplemousse, cassis, graines de cumin et poudre de thé vert, leImidaclopride dans un échantillon d’orange, 2 échantillons de citrons, 3 échantillons d’ocre, le Thiaméthoxame dans un échantillon de café.

Les priorités selon Legambiente

Pour améliorer le cadre, selon Legambiente, une application complète au niveau national est nécessaire Stratégie de l’UE de la ferme à la table, qui vise à réduire de moitié l’utilisation de pesticides dans l’agriculture au cours de cette décennie. Mais il faut aussi « une loi spécifique multi-résidus qui, sur la base des preuves scientifiques actuelles, interdit la co-présence de principes actifs ».

L’association exprime alors « forte préoccupation » pour défaut d’approbation du Directive sur l’utilisation durable des pesticides (SUR)et souligne « l’urgence » d’adopter le nouveau PAN (Plan d’action national pour l’utilisation durable des produits phytopharmaceutiques) en Italie, dont la dernière version remonte à 2014.

A lire également