EL PAÍS

Diminution matérielle, volontaire ou non

De plus en plus de voix jouissant d’une autorité reconnue dans les domaines scientifiques et universitaires nous avertissent que nous avons déjà atteint certaines des limites biophysiques planétaires qui déterminent la possibilité d’une existence décente et durable sur la planète. Une évolution négative qui devrait nous inciter à rationaliser notre modèle de vie et à développer des processus socio-économiques permettant une diminution de la sphère matérielle où elle est consommée en excès, afin que la population qui ne l’a pas raisonnablement garantie puisse augmenter sa capacité. Et, même si cela peut paraître paradoxal, cette réduction de la consommation matérielle pourrait et devrait nous permettre à tous de croître dans nos possibilités de bien-être physique, spirituel, culturel et mental, tout en donnant un répit à la planète. La recette est connue depuis longtemps : il s’agirait que nous assimilions et pratiquions désormais, avec sérieux et espoir, les approches résumées dans les trois R désormais classiques : réduire, réutiliser et recycler.

José Manuel Mielgo. Béjar (Salamanque)

loi d’amnistie

Qu’une loi d’amnistie soit négociée avec ceux qui bénéficient de l’amnistie ne me vient pas à l’esprit. Je comprends qu’il y a des gens qui considèrent que cela est bénéfique pour le pays, mais cela n’a aucun sens que sa préparation soit négociée avec les avocats des bénéficiaires potentiels. Qu’il y ait des actes que certains considèrent comme du terrorisme et d’autres ne me semble pas être un débat légitime, mais si la considération de ce qui est ou n’est pas du terrorisme doit être modifiée, cela se fait dans le Code pénal. Le Gouvernement et la majorité parlementaire auront toujours la possibilité d’ajouter des dispositions supplémentaires à la loi pour modifier le Code pénal. Mais cela ne se fait pas ainsi. Ils tentent d’amnistier partiellement le terrorisme au lieu de clarifier le crime pour que l’on sache, par exemple, que brûler une voiture n’est plus un acte terroriste et de ne pas décider si le même acte l’est ou non selon celui qui l’accomplit.

Mario Suarez. Pilas (Séville)

Comportement nerveux et violent

L’Espagne est une démocratie libérale protégée par une Constitution qui légitime notre comportement positif. Mais il y en a qui, avec leur comportement indiscipliné et violent, piétinent la coexistence pacifique, la diversité des idées, la tolérance… pour annuler quelque chose de fondamental : le respect. Au diable eux ! J’utilise ces mots durs parce que, comme le dit la chanson, c’est « un mauvais moment pour les paroles », mais c’est pour une éducation civique constructive et surtout nécessaire.

Pure Sala Sánchez. Valence

Championnat des fesses

Il est bon de préserver certaines traditions. Dans les années 70, il était courant de trouver sur les voies du métro d’innombrables mégots de cigarettes jetés par les voyageurs à l’arrivée du convoi. Quelque chose de similaire s’est produit sur le sol des bars, où ils rivalisaient avec les coquilles de moules. Il existe plusieurs modalités : lancer à longue ou courte distance et mégot allumé ou éteint. Faites simplement office de catapulte avec votre majeur et jetez le mégot de cigarette le plus loin possible ou à vos pieds. Alors que les fumeurs bordent désormais les façades, le championnat est servi. Pourquoi mettre des paniers dans les cendriers ? Comme j’aime voir cette tradition civique maintenue !

Pedro Catalán García. Madrid

A lire également