Emissioni energetiche globali 2023: +1,1%, nuovo record

Émissions énergétiques mondiales 2023 : +1,1%, nouveau record

Émissions énergétiques mondiales 2023 : +1,1%, nouveau record

Il n’y a jamais eu aussi peu de charbon dans le mix énergétique des économies avancées depuis 1900

(Rinnovabili.it) – La sécheresse en Chine, aux États-Unis et dans d’autres économies pousse le émissions énergétiques mondiales en 2023. C'est la cause de 40 % de la croissance totale des gaz à effet de serre du secteur l'année dernière. En fait, pour remplacer la production perdue de l’hydroélectricité, les pays se sont appuyés principalement sur les combustibles fossiles, en particulier le charbon, qui a généré 170 millions de tonnes de CO2 (MtCO2) de plus. En tout, L'année 2023 se clôture avec +1,1% par rapport à l'année précédente, atteignant 37,4 milliards de tonnes de CO2 (GtCO2).

Les énergies renouvelables ralentissent les émissions énergétiques mondiales d’ici 2023

Malgré ce bilan, il convient de souligner que la croissance annuelle a été plus limitée que celle qui s’est matérialisée en 2022 : 410 contre 490 MtCO2. En effet, l’accélération de la demande a été de plus en plus couverte par les énergies renouvelables et le nucléaire. Si l’hydroélectricité était restée au même niveau que les années précédentes, les émissions liées à la production mondiale d’électricité auraient diminué, ce qui rendrait l’augmentation globale encore plus limitée.

Et sans le bond des énergies renouvelables au cours des 5 dernières années, la croissance des gaz à effet de serre dans le secteur énergétique ça aurait été triple par rapport aux 900 MtCO2 supplémentaires que l’on pourra compter entre 2019 et 2023. Si l’on élargit notre regard à la dernière décennie, la croissance des émissions énergétiques se poursuit à un rythme de +0,5% par an, de quoi esquisser un « ralentissement structurel».

« La transition énergétique propre a subi une série de tests de résistance au cours des cinq dernières années – et elle a prouvé sa résilience »explique Fatih Biroldirecteur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui publie aujourd'hui son rapport annuel sur les émissions énergétiques mondiales d’ici 2023.

« Une pandémie, une crise énergétique et une instabilité géopolitique étaient toutes susceptibles de faire dérailler les efforts visant à construire des systèmes énergétiques plus propres et plus sûrs. Au contraire, nous avons constaté le contraire dans de nombreuses économies. La transition vers une énergie propre se poursuit à un rythme soutenu et maintient les émissions sous contrôle, même si la demande mondiale d’énergie augmentera plus fortement en 2023 qu’en 2022. »poursuit Birol.

Si tel est le tableau global, la situation de économies avancées enregistre une baisse record des émissions énergétiques mondiales d’ici 2023, atteignant niveaux les plus bas depuis 50 ans maintenant (-4,5% par rapport à 2022, soit -520 MtCO2). Tout cela alors que le PIB continuait de croître, en moyenne de 1,7 %. L’aspect le plus significatif est l’abandon progressif du charbon : « La demande de charbon des économies avancées, tirée par les développements au sein du G7, est revenue au niveau des années 1900 »souligne l'AIE.

Mais de nombreux facteurs influencent ce déclin : de la forte diffusion des énergies renouvelables au recours massif au passage du charbon au gaz, de l’amélioration de l’efficacité énergétique à la baisse de la production industrielle. « L’année dernière a été la première au cours de laquelle au moins la moitié de la production d’électricité dans les économies avancées provenait de sources à faibles émissions telles que les énergies renouvelables et le nucléaire. »conclut le rapport.

Dans L'Europe la baisse des émissions énergétiques atteint un niveau record -9%, -220 MtCO2, avec un PIB en croissance de 0,7 point de pourcentage. Un déclin qui est déterminé à plus de moitié par la croissance des énergies renouvelables. Et si la production nucléaire avait été à des niveaux normaux, 40 MtCO2 supplémentaires auraient été évitées.

A lire également