Lobbisti fossili: almeno 7200 in 20 anni di processo delle Cop sul clima

au moins 7 200 en 20 ans de processus COP

L’analyse part de la Cop9 de 2003 et identifie également les lobbyistes « masqués »

(Rinnovabili.it) – Dans 20 ans, je lobbyistes fossiles participé au moins 7 200 fois au sommets sur le climat du procès Cop. Souvent sans déclarer explicitement et de manière transparente leur véritable affiliation. Se présentant comme des personnes faisant partie de délégations nationales, ou plus fréquemment comme des représentants d’organisations commerciales. Des comportements qui rendent difficile l’estimation de leur présence réelle. Et cela fait du chiffre de 7 200 participants une estimation prudente.

Estimation issue du dernier rapport de Coalition pour éliminer les gros pollueurs, une coalition de plus de 450 organisations du monde entier, dont Greenpeace, Transparency International, Action Aid et Global Witness. L’analyse examine les listes complètes des délégués accrédités à toutes les COP à partir de 2003.

Comptez les lobbyistes des fossiles

Officiellement, les lobbyistes des fossiles qui se présentaient comme tels – rendant explicite leur affiliation aux sociétés pétrolières et gazières – il n’y en a que 945 en deux décennies de Cop. ExxonMobil, Chevron, BP, TotalEnergies et Shell ayant obtenu au moins 267 accréditations. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg. Le reste des lobbyistes fossiles participent aux sommets sur le climat en tant que représentants d’associations professionnelles. Il y a eu au moins 6 581 cas de ce type en 20 ans.

« Tous les délégués de la COP doivent être accueillis par une délégation officielle d’un gouvernement ou d’une organisation éligible, dont beaucoup sont des associations de commerçants de combustibles fossiles. Cependant, de nombreux délégués ne déclarent pas leur « affiliation », les organisations pour lesquelles ils travaillent ou les intérêts qu’ils représentent, permettant ainsi à la présence d’entreprises de combustibles fossiles de s’imposer. passer sous le radar. En conséquence, ces chiffres représentent probablement une sous-estimation significative. », précis la coalition.

L’une des associations les plus actives pour couvrir les lobbyistes des fossiles est laAssociation internationale pour l’échange de droits d’émission (IETA), fondée par certains des plus grands pollueurs et avec des membres actifs tels que les majors pétrolières Exxon, Chevron et BP. Avec le pass de l’IETA, au moins 2 769 lobbyistes ont mis les pieds à la COP et ont exploité cette affiliation pour faire pression sur l’avancée des négociations et affaiblir l’action climatique. Surtout, protéger tous les aspects qui pourraient affecter la production fossile.

Elle n’est pas la seule. Le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable accordé au moins 979 laissez-passer aux lobbyistes des fossiles, le Conseil d’affaires pour l’énergie durable au moins 558. La fédération professionnelle japonaise Keidenran, qui compte parmi ses membres certains des plus grands pollueurs du pays, a envoyé au moins 473 délégués, et BusinessEurope au moins 210.

« La recherche montre clairement que l’organisme responsable de la mise en œuvre des politiques mondiales visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre est entièrement entre les mains des sociétés transnationales qui détruisent le plus la planète. »il a déclaré Pablo Fajardo de l’Union des Communautés Affectées par Texaco/Chevron en Équateur et membre de la coalition. « La COP doit être libérée des entreprises polluantes, sinon elle deviendra en partie responsable de l’effondrement mondial ».

A lire également