EL PAÍS

Les îles Canaries suspendent les cours à tous les niveaux en raison des températures élevées

Le Gouvernement des Îles Canaries a décidé de suspendre les cours à tous les niveaux éducatifs de la communauté autonome (école maternelle, primaire, secondaire et lycée) demain, mercredi 11 octobre, ainsi que vendredi (le jeudi est férié) en raison des prévisions météorologiques. de températures élevées. . Le ministre de l’Éducation, Poli Suárez, a justifié la mesure « par responsabilité », suite aux demandes de plusieurs centres dans lesquels des évanouissements et des épisodes de coup de chaleur ont été signalés. « C’est une décision que nous avons adoptée par responsabilité après de nombreuses heures de travail, de nombreuses heures d’analyse et de suspension des cours car la situation dans de nombreux centres des îles Canaries est déjà intenable. » Les deux universités publiques des îles Canaries, l’Université de La Laguna et l’Université de Las Palmas de Gran Canaria, ont confirmé de leur côté qu’elles maintiendraient les cours le mercredi et le vendredi.

Depuis plus d’une semaine, les îles Canaries connaissent déjà la dixième vague de chaleur du mois d’octobre depuis 1975, année au cours de laquelle commence la série historique de l’Agence météorologique nationale (Aemet). a décrété des avertissements de risque (jaune) pour des températures maximales allant jusqu’à 35 degrés Celsius sur toutes les îles, à l’exception de La Palma. Pour demain, Aemet prévoit que les thermomètres indiqueront 34 degrés à l’est, au sud et à l’ouest de Tenerife et à Gran Canaria, à La Gomera et à El Hierro. Il y aura de la brume sur toutes les îles, mais surtout sur les plus occidentales. Ce mardi, le village de San Nicolás (à l’ouest de Gran Canaria) a enregistré la température la plus élevée de toute l’Espagne, avec 38,1 degrés à 15 heures.

Suárez a également annoncé qu’ils commenceraient immédiatement à élaborer un protocole pour agir dans les futurs épisodes de ces caractéristiques. L’idée est d’avoir ce protocole d’ici quelques jours ou semaines, a indiqué Suárez dans des déclarations aux médias. En mai, le gouvernement andalou a approuvé un protocole qui servira de base au modèle canarien et qui prévoit la possibilité pour les élèves de quitter l’école à 12h00 avec l’autorisation de la famille les jours de chaleur extrême. Ce départ doit toujours être autorisé par leurs représentants légaux et un représentant légal des étudiants ou une personne expressément autorisée doit se présenter au centre, enregistrant par écrit l’heure exacte du départ et en signant le document obligatoire approuvé par le centre.

Ce même lundi, l’Exécutif autonome lui-même avait refusé de suspendre les cours, comme le réclamaient les syndicats majoritaires des Îles, l’ANPE et le STEC-IC, en assurant qu’un rapport de l’Inspection le déconseillait, mais il a finalement convenu qu’« il vaut mieux prendre cette décision que nous ne regretterons pas plus tard. Les protestations contre les conditions auxquelles sont confrontés les étudiants font cependant rage depuis plusieurs jours et ont contribué à faire changer les mentalités. Six écoles de Grande Canarie – cinq dans le sud, où se trouvent les zones touristiques, et une dans le nord de l’île – se sont plaintes la semaine dernière auprès du ministère du fait que les élèves ne fréquentent pas les centres ces jours-ci. Dans leur demande adressée au gouvernement des îles Canaries, ils ont indiqué la possibilité de remplacer les cours en présentiel par d’autres pour éviter la chaleur à l’intérieur des salles de classe. Dans le sud de Tenerife, l’institut IES Magallanes a appelé ce lundi à une manifestation à la porte du centre et à une grève pour dénoncer « le manque de ressources et d’espaces aggravé par la canicule actuelle, y compris le manque de ventilation ».

La mesure n’a pas satisfait une bonne partie des pères et des mères. La Fédération de l’Association des Mères et Pères d’Étudiants (Ampas) de Gran Canaria, Fapa Galdós, proteste depuis un certain temps contre la « situation insensée que subit la communauté éducative à cause de la canicule », qui, à son avis, montre l’apathie historique des administrations en matière d’infrastructures éducatives. « Renvoyer les étudiants chez eux ne peut pas être la solution, à moins que leurs familles ne soient également libérées de l’obligation d’aller travailler », a expliqué le président de la Fédération insulaire, Sergio de la Fe. « Ce que fait l’administration ne résout pas le problème. s’en débarrasser en le faisant porter sur le dos des familles, en particulier sur celui des mères, qui sont celles qui supportent dans une plus grande proportion le fardeau des soins familiaux », déclare l’organisation. « La solution est d’apporter une réponse immédiate aux besoins d’infrastructures adéquates pour le développement de l’activité d’enseignement. » Les infrastructures éducatives sont la propriété municipale dans le cas des écoles maternelles et des centres d’enseignement de la petite enfance et de l’enseignement primaire (CEIP), tandis que le ministère de l’Éducation assume les bâtiments du reste des cycles d’enseignement non universitaires.

L’ancien président des îles Canaries et leader de l’opposition, Ángel Víctor Torres, a critiqué le retard de la mesure. « Suspenser les cours dans la précipitation et au mauvais moment perturbe des milliers de familles. Pourquoi est-ce décidé aujourd’hui et pas avant ? » » a-t-on demandé sur son compte X (ancien Twitter). « Les alertes chaleur ont été activées il y a une semaine et les îles Canaries ne sont plus en alerte. L’improvisation de ce gouvernement, en retard sur tout ce qui est important, est inquiétante. »

L’Aemet a souligné que du 29 septembre au 8 octobre, chaque jour a battu des records pour cette date, ce qui est sans précédent en Espagne depuis les années 1970. Ce dimanche, les thermomètres ont établi trois records historiques de températures minimales les plus élevées dans les aéroports de Gran Canaria, Lanzarote et Santa Cruz de Tenerife. À l’aéroport de Gran Canaria, la température n’est pas descendue en dessous de 27,7 degrés, dépassant les 26,6 degrés du précédent record du mois d’octobre.

.

A lire également