EL PAÍS

Red Eléctrica dénonce que la Mairie de Valladolid censure une exposition sur la transition énergétique

L'entreprise Red Eléctrica, filiale de Redeia et détenue à 20% par l'État, a dénoncé le fait que la Mairie de Valladolid (PP-Vox) ait censuré une exposition sur la transition énergétique « pour des motivations politiques ». L'entité souligne dans une déclaration à la conseillère pour la Culture et l'Éducation, également adjointe au maire, Irene Carvajal (Vox), pour avoir empêché l'inauguration de l'exposition pour « désaccord avec le contenu lié aux ODD » [Objetivos de Desarrollo Sostenible] et l’Agenda 2030″. L'ouverture de l'exposition était prévue ce vendredi 7 juin au Musée des Sciences de Valladolid, après être passée par Las Palmas de Gran Canaria, Tenerife et Grenade, mais l'intervention de la municipalité l'a empêchée. Carvajal a attribué l'annulation à de prétendus « incidents » niés par l'organisation.

Le communiqué publié par l'entreprise indique que la veille de l'inauguration du pass, la conseillère « a exprimé son opposition, alléguant des motivations politiques, celles d'un « parti qui a une ligne directrice » contre les Objectifs de Développement Durable, base d'un accord de tous les États membres de l'ONU pour lutter, entre autres, contre la pauvreté, les inégalités ou la dégradation de l'environnement.

Selon l'entreprise, l'édile « a exigé la manipulation des modules d'exposition faisant référence à ce sujet pour masquer les logos et désactiver une série de liens avec des informations liées aux objectifs de développement durable et à l'Agenda 2030 ». Carvajal aurait menacé Redeia que, s'il ne suivait pas ses ordres, « l'exposition ne s'ouvrirait pas ». L’entité a refusé que « une exposition destinée à promouvoir la connaissance de la transition énergétique et du rôle actif que joueront les consommateurs à l’avenir soit modifiée ou réduite pour des raisons partisanes ».

Exposition 'Connecté au futur. La transition énergétique», au Parc Scientifique de Grenade.Parc scientifique de Grenade

« L'exposition se développe à travers un récit d'exposition, qui inclut la relation entre les actions de transition énergétique et son lien avec la contribution aux objectifs de développement durable », précise l'entreprise, qui souligne que l'assemblée était prête à accueillir le public et que Redeia avait assumé « des coûts très élevés pour offrir gratuitement des contenus pertinents et intéressants tant au Musée qu’aux citoyens de Valladolid ».

L'entité donne plus de détails dans sa déclaration et indique que, le 28 mai, la Fondation Municipale de la Culture, présidée par Irène Carvajal, a signé un accord pour que le Musée accueille l'exposition entre le 7 juin et le 22 novembre. Ensuite, la Fondation a inclus une clause dans laquelle elle se vantait de promouvoir la culture comme moyen d’atteindre les objectifs de l’Agenda 2030 à travers l’éducation. L'entreprise a envoyé un dossier indiquant le contenu, y compris la partie rejetée par la Mairie. Malgré cet accord, il a reçu ce mercredi une lettre « alléguant la nécessité de procéder à des ajustements et l'identification de certains incidents qui ont conditionné l'inauguration ». Elle n'explique cependant « ni les ajustements nécessaires ni les incidents détectés, qui selon la société organisatrice n'existent pas ».

Le PSOE, à travers son porte-parole, Pedro Herrero, a critiqué les actions de la Culture et de l'Éducation : « Le fanatisme de Vox, expressément toléré par le Parti populaire, s'est manifesté dans la censure d'une exposition dans ce qui constitue un événement très grave, inhabituel dans l’histoire démocratique de cette ville.

_

A lire également