rifiuti di plastica

ainsi l’Europe empoisonne le Vietnam

L’Université d’Utrecht montre le côté obscur du commerce international des déchets plastiques

(Rinnovabili.it) – Sommes-nous en Europe si doués pour recycler le plastique ? La réponse n’est pas celle que nous aimerions entendre. En fait, environ la moitié de Déchets plastiques produit en Europe est exporté. Parmi les principales destinations – après l’escale chinoise en 2018 – il y a le Vietnam.

Loin des yeux, hors du cœur alors ? Pas exactement. Du moins, ce n’est pas l’approche adoptée par une équipe de recherche de l’Université d’Utrecht, qui a collaboré avec des collègues vietnamiens pour étudier le processus de recyclage du plastique européen dans le village artisanal de Minh Khai, le plus grand centre de recyclage du Vietnam.

Les choses ne vont pas du tout bien, comme le montre le leur enquête. Les déchets ne sont pas correctement recyclés, mais ils deviennent un problème sérieux pour les communautés locales. Ici, les gens vivent et travaillent entourés de fumées toxiques générées par le plastique fondu.

La recherche a révélé que 7 millions de litres d’eaux usées toxiques ils sont rejetés chaque jour dans les cours d’eau du village, avec de graves impacts environnementaux. Ce travail montre le contraste entre les politiques européennes, axées sur l’augmentation des taux de recyclage, et la réalité du centres de transformation des polymères dans les pays du Sud.

Les chercheurs s’inquiètent de ce qui peut être défini comme un véritable renvoi de la responsabilité des entreprises de fabrication et des commerçants de plastique aux villages. Les communautés locales doivent ici supporter le poids de la pollution environnementale et des conséquences sur la santé. Les conclusions de l’étude sont sans équivoque : se concentrer uniquement sur l’augmentation des taux de recyclage n’est ni éthique, ni circulaire, ni durable.
Il ne s’agit pas de diaboliser le Green Deal européen, le plan d’action pour l’économie circulaire ou les négociations de l’ONU pour un traité mondial sur les plastiques. Mais le secteur ne peut être régulé sans simultanément réglementer le commerce des déchets.

A lire également