EL PAÍS

Barcelone réclame un centre dédié à la recherche océanique

Enquêter sur la soi-disant économie bleue et lutter contre le déni climatique. Ce sont les objectifs que le maire de Barcelone, Jaume Collboni, s'est fixé ce mercredi lors du discours inaugural de la Conférence de l'UNESCO sur la Décennie de l'océan, un forum mondial de l'UNESCO visant à apporter des solutions aux effets du changement climatique sur les océans et qui est célébré jusqu'à vendredi en ville. Là, devant la ministre de la Science et de l'Innovation, Diana Morant, Collboni a annoncé que la capitale catalane serait candidate pour accueillir un centre collaborateur à côté du port de Barcelone. « Nous devons affronter le déni du climat avec une rigueur scientifique. La protection (des océans) commence dans les villes côtières », a expliqué Collboni.

Le centre bénéficiera de la collaboration de l'Institut des sciences marines et du réseau catalan BlueNetCat, qui cherche à promouvoir l'économie bleue. “Necesitamos más que nunca las aportaciones de la ciencia para conseguir que los océanos sean lo que queremos que sean y tener un mundo mejor”, ha detallado Collboni, quien también ha resaltado que Barcelona ha transformado prácticamente 17 kilómetros del litoral para beneficiar a la salud de la mer.

La capitale catalane travaille avec d'autres villes pour conserver et restaurer les écosystèmes marins urbains, comme l'explique Collboni, qui a également déclaré que le fait d'avoir ce centre collaborateur de la Décennie de l'Océan à Barcelone sera « un héritage pour la ville », mais aussi pour « la Catalogne, L'Espagne et l'Europe.

La Ministre Morant est également intervenue lors de la cérémonie d'ouverture de ce congrès qui a réuni 1.500 experts pour faire face à la crise climatique dans les océans, où elle a offert au maire de Barcelone la collaboration de l'Institut des Sciences Marines comme « son partenaire scientifique » pour promouvoir la candidature de la capitale catalane. Anticiper et s'adapter aux impacts du changement climatique sur les océans n'est possible qu'en appliquant davantage de solutions scientifiques, selon le ministre de la Science et de l'Innovation, qui a souligné qu'en 2024 l'Espagne a alloué « plus de 110 millions d'euros à des projets de recherche dédiés aux océans ». les sciences.

Le président de la Generalitat, Pere Aragonès, a été le dernier à prendre la parole lors de l'ouverture de cette Coupe du monde qui s'est déroulée au Palais international des congrès de Barcelone. « J'espère que cela servira à éveiller les consciences et à améliorer la santé des océans », a-t-il déclaré à propos de la Conférence de la Décennie des océans. Aragonès, qui a expliqué l'importance de l'économie et de la culture maritimes, a déclaré que c'était « un honneur » que la Catalogne, « qui ne peut être comprise sans la mer Méditerranée », apparaisse aux côtés des futures politiques régénératrices que les scientifiques du monde entier ont évoquées. « préserver la vie des mers et des océans ».

Participaient également au discours d'ouverture de la Conférence de la Décennie des océans la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay ; le Prince Albert II de Monaco ; le président du Cap-Vert, José María Neves ; le président des Seychelles, Wavel Ramkalawan ; et le Premier ministre des Îles Cook, Mark Brown. Bien que le lieu principal de la réunion soit le Centre international de congrès de Barcelone, il y a également plus de 120 réunions ou activités parallèles au Musée des sciences naturelles, dans la zone du port olympique et dans le parc de recherche biomédicale, dans la zone autour de Port Vella. Tech Barelona, ​​​​Musée Maritime ou World Trade Center) ou dans des espaces de la ville comme le Musée d'Archéologie de Catalogne, la Cinémathèque ou l'Université de Barcelone.

Ce qui affecte le plus, c’est ce qui se passe le plus près. Pour ne rien manquer, abonnez-vous.

S'abonner

A lire également