Nuovo PNRR: tutti i tagli su dissesto idrogeologico e ambiente

en 2023, +22% d’événements extrêmes

Données de l’Observatoire climatique de la ville de Legambiente

(Rinnovabili.it) – Au cours de ce qui est sur le point de devenir l’année la plus chaude de tous les temps, l’Italie a été frappée par plus d’un événement climatique extrême par jour. Il y a 378 épisodes des pistes de l’Observatoire climatique de la ville de Legambiente en 2023 : 22 % de plus qu’en 2022. Alors qu’il y a 31 décès liés à ces événements. Une accélération, celle de climat extrême en Italiequi se manifeste par des inondations, des glissements de terrain, des ondes de tempête, des tempêtes de grêle et des températures exceptionnelles pendant de longues périodes et même à haute altitude.

Un bilan du climat extrême en Italie en 2023

Une année « cachet rouge », selon le Cygne Vert, qui s’achève avec un réchauffement climatique d’environ + 1,5°C sur la période préindustrielle et, en Italie, environ +1,05°C par rapport à la moyenne des 30 dernières années.

Particulièrement tourmenté le Italie du Nord, où, par ailleurs, le rythme du réchauffement climatique s’est accéléré par rapport au reste de la péninsule. Les régions du nord ont souffert 210 événements extrêmesplus du double de ceux qui ont frappé le Centre (98) et trois fois ceux qui ont frappé le Sud (70).

Comme les années précédentes L’eau représente avant tout la principale menace. Les inondations et débordements de rivières sont particulièrement en augmentation (+170% par rapport à 2022), les températures records enregistrées dans les zones urbaines (+150% par rapport aux cas de 2022), les glissements de terrain dus à des pluies intenses (+64%) ; puis les ondes de tempête (+44 %), les dégâts dus à la grêle (+34,5 %) et les inondations (+12,4 %).

Le détail territorial le met avant tout sous l’objectif Rome, Milan, Fiumicino, Palerme et Pratoles 4 villes les plus touchées du Belpaese en 2023. Au niveau régional, Lombardie et Émilie-Romagne en 2023, ce sont les régions qui souffrent le plus. Flagellé respectivement par 62 et 59 événements ayant causé des dégâts. Rien qu’au mois de juillet, la Lombardie a totalisé 28 événements. Viennent ensuite la Toscane avec 44, la Latium (30), le Piémont (27), la Vénétie (24) et la Sicile (21). Parmi les provinces les plus touchées, Rome se démarque en première position avec 25 événements météorologiques extrêmes, suivie de Ravenne avec 19, Milan avec 17, Varèse 12, Bologne et Turin 10.

« L’Italie est sérieusement en retard dans la lutte contre la crise climatique, elle court après les urgences sans une stratégie de prévention claire qui lui permettrait d’économiser 75 % des ressources dépensées pour réparer les dégâts », Legambiente se plaint. L’association qui « a subi l’approbation du Plan National d’Adaptation au Changement Climatique et l’allocation de ressources pour sa mise en œuvre, absentes dans la loi budgétaire en cours d’approbation ».

A lire également