EL PAÍS

Le citoyen comme moteur essentiel de la mobilité durable

Nous clôturons l’année avec le début de la XVe législature dans notre pays marquée par de grands défis qui affectent pleinement le secteur automobile. Une année au cours de laquelle les acteurs stratégiques et l’ensemble de la chaîne de valeur ont démontré de manière fiable leur contribution à l’économie et à la société espagnoles (nous représentons 10 % du PIB et employons près de 9 % de la population active) et leur engagement en faveur de la mobilité durable.

Dans ce contexte et, afin de continuer à contribuer activement au développement socio-économique de notre pays, il est impératif que l’année à venir, 2024, soit une année de métamorphose, l’occasion rêvée pour l’évolution effective de notre mobilité.

Un développement qui implique de promouvoir des valeurs durables et une conscience de l’environnement et de la planète et, en retour, de continuer à soutenir l’industrie automobile. Il y a quelque temps, les principales associations automobiles et automobiles d’Espagne se sont réunies pour former ce Cercle dans lequel, main dans la main, nous nous engageons à travailler pour promouvoir une transformation technologique sans précédent qui accentue principalement la décarbonation de la mobilité en Espagne.

S’il y a quelque chose sur lequel nous tous qui en faisons partie sommes d’accord, c’est que, pour cette évolution efficace, nous devons améliorer de manière cohérente notre modèle de mobilité, un modèle qui, jusqu’à présent, s’est avéré être un mécanisme accessible aux citoyens. Dans cet accueil d’un nouveau cap politique, nous ne pouvons pas oublier la valeur sociale que défend la mobilité, un droit fondamental de notre société. Par conséquent, dans la configuration des nouvelles politiques et actions, dans cette évolution, nous devons être plus que clairs sur qui sont les véritables protagonistes de la mobilité de demain : les citoyens.

Les lignes directrices fixées par l’Europe, ou les efforts et les investissements de l’industrie, ne valent rien si nous ne mettons pas les utilisateurs et leurs besoins au centre des décisions. Nous ne pouvons pas nous concentrer sur la limitation ou la restriction d’un droit jusqu’ici fondamental, mais plutôt les laisser décider de leur propre mobilité.

L’industrie s’engage depuis des années à rendre ses véhicules et ses modèles de mobilité plus durables, efficaces et sûrs, et cela continuera d’être le cas à l’avenir. L’utilisateur a plus d’alternatives que jamais et, par conséquent, parier sur la pédagogie est essentiel. Nous devons informer rigoureusement notre société et communiquer clairement sur le large éventail d’alternatives de mobilité, utiliser les modèles et les types de véhicules à leur disposition afin qu’ils puissent prendre les décisions les plus adaptées à leurs besoins de mobilité, en toute connaissance de cause.

En ce sens, la pédagogie doit être l’une des tâches principales du nouveau gouvernement, essentielle pour promouvoir l’utilisation responsable des voitures, motos, camions, bus et autres formes de transport public, en fournissant les instruments nécessaires pour pouvoir le faire. un usage libre, mais aussi sensé et responsable, d’une mobilité qui doit être multimodale, durable, sûre, efficace et connectée.

D’ici 2024, nous demandons que le citoyen perçoive un cadre clair, simple et cohérent, facilement compréhensible et bien sûr accessible. Travaillons ensemble pour agir en facilitateurs du droit à la mobilité, et réaliser ainsi cette transition effective vers la construction d’une mobilité libre de choix et démocratique, de tous et pour tous.

et ou dans notre

L’agenda de cinq jours

Les citations économiques les plus importantes du jour, avec les clés et le contexte pour comprendre leur portée.

RECEVEZ-LE DANS VOTRE EMAIL

_

A lire également