EL PAÍS

Quel sera le froid cet hiver au Mexique ?

Les pulls et les vestes ne rentrent plus au placard. Le froid des dernières semaines dans le centre et le nord du Mexique est là pour rester. Quelle sera l’intensité des basses températures cet hiver ? Quelles sont les caractéristiques de la saison ? Les hivers deviennent-ils plus froids ? Deux météorologues répondent à ces questions et expliquent à Jiec leurs prévisions pour la saison hivernale.

La première chose à comprendre à propos du froid surprenant de ces derniers jours est que la saison hivernale dure depuis septembre dernier et se terminera en mai de l’année prochaine. Ce n’est pas le cas du début officiel de l’hiver, qui aura lieu le jeudi 21 décembre. Les basses températures s’accentuent comme prévu : en décembre, janvier et février. « La tendance pour la fin de ce mois de décembre, la deuxième quinzaine, et au moins pour janvier, est que l’incidence des fronts froids augmente, avec cela les masses polaires seront également plus récurrentes et donc les températures resteront basses », a déclaré le météorologue. José Martín Cortés raconte à Jiec.

Mais le froid à cette occasion s’accompagne d’un environnement humide et pluvieux. « Nous nous attendons à des conditions plus froides et plus pluvieuses, ou humides, que la normale, principalement en raison du phénomène El Niño, qui génère cette situation depuis novembre, avec des températures plus basses, des périodes de pluie et des chutes de neige qui affectent pour l’instant les zones les plus élevées, » dit l’expert.

Qu’est-ce que le phénomène El Niño ?

Il prend son origine dans le Pacifique équatorial, depuis les côtes du Pérou et de l’Équateur jusqu’à la partie centrale de cet océan, lorsque la température de la surface de la mer « est plus chaude que la normale ». El Niño, quant à lui, est généralement accompagné du courant-jet, qui se trouve à plus de 7 kilomètres d’altitude de la surface et qui transporte la nébulosité et éventuellement les précipitations. « Ces trois dernières années, nous avons été soumis au phénomène La Niña, qui provoque généralement des phénomènes de température extrêmes, à la fois froids et chauds, et qui est généralement un hiver sec. C’est pourquoi, malheureusement, la sécheresse s’est généralisée et assez importante dans son intensité sur le territoire mexicain. . Actuellement, avec le phénomène El Niño, la situation est plus pluvieuse et plus froide », ajoute le météorologue Cortés.

Quelles températures sont attendues cet hiver ?

Le météorologue Roberto Rodríguez, du Service Météorologique National (SMN), considère que ce sera un « hiver normal », avec des températures minimales, au début et à la mi-janvier, comprises entre 5 et 7 degrés dans la mégalopole de la Vallée de Mexico, et estime que dans les zones environnantes, il pourrait atteindre jusqu’à zéro degré dans les zones montagneuses.

Le spécialiste prédit que dans les montagnes du nord du pays, où le froid a atteint des records nationaux, des températures allant jusqu’à -13°C seront enregistrées. « Ils pourraient osciller entre -10°C et -13°C dans les montagnes de La Rosilla, à Durango, et d’El Vergel, à Chihuahua », dit-il dans une interview à Jiec, soulignant qu’un autre hiver n’est pas attendu. .plus froid que les années précédentes. « Nous avons enregistré des températures minimales de -18°C, -17°C dans les années 2015, 2016, 2020 et 2018. C’est un hiver qui, selon nous, ne sera pas aussi froid que le passé. années » .

Une route près de Creel (État de Chihuahua) après les premières chutes de neige de l’année dernière.pièce sombre

Saison du front froid

Le phénomène El Niño favorise également une augmentation des fronts froids pendant la saison hivernale, mais ceux-ci ne génèrent pas directement de basses températures, malgré leur nom. « Un front froid est la séparation ou zone intermédiaire entre deux masses, une froide et une chaude. Il adopte le terme froid car la masse froide avance. La seule chose qui peut provoquer de la pluie et de la nébulosité, et en général une baisse de la température, du vent et donc aussi du gel, est la masse d’air polaire, qui est un vaste système de haute pression qui entraîne le front froid », explique le météorologue. José Martin Cortés.

En cette saison hivernale, il est prévu 56 fronts froids et jusqu’à la mi-décembre, il y en a eu 17. « En moyenne, avec le climat récent – ​​qui va de 1991 à 2020 – au Mexique, il y a entre 50 et 51 fronts froids cette saison. Le National Weather Service prévoit 56 fronts. Personnellement, je crois qu’ils sont dépassés. De 60 à 65 fronts froids », précise Cortés.

Les hivers deviennent plus froids ?

L’abondance d’informations sur les réseaux sociaux et les médias sur l’impact du changement climatique sur la météo génère différentes interprétations sur l’incidence de la chaleur ou du froid au fil des années. Cependant, le météorologue José Martín Cortés remet en question ce type d’arguments et affirme que la hausse ou la baisse des températures s’explique par de « grands phénomènes globaux » comme El Niño ou La Niña.

« Je ne veux pas le dire comme ça, mais ils nous font un lavage de cerveau et nous disent que ‘chaleur, chaleur, chaleur, il ne fera plus jamais froid, et il n’y a plus de neige’, alors, un jour, quand il fera froid, nous nous demandons : que se passe-t-il ? Pourquoi fait-il froid ? S’ils nous disent qu’il ne fait plus froid, même si c’est l’hiver. Cela nous fait oublier que c’est l’hiver et qu’il est normal qu’il fasse froid », dit-il.

Le spécialiste soutient que les données montrent à quel point les températures pendant la saison hivernale ont varié au fil du temps. « À titre statistique, à Noël, au moins au cours des 50 ou 60 dernières années, nous avons eu environ 10 à 20 Noëls qui n’étaient pas si froids, voire un peu chauds, tandis que d’autres étaient plus froids. Étant donné que quelque chose de différent de la normale se produit, on ne peut plus dire que c’est quelque chose qui ne s’est jamais produit. « Si à Noël – ce qui n’est pas prévu pour l’instant, je viens de le mentionner – mais si à Noël prochain il y a de la chaleur, ce qui peut arriver, ce n’est pas nécessairement un réchauffement climatique, ce n’est pas la fin de le monde est arrivé. » .

A lire également