Biden fait l’éloge du nouvel accord climatique COP28

Biden fait l’éloge du nouvel accord climatique COP28

Le président Joe Biden a salué mercredi l’accord signé lors de la COP28, le sommet des Nations Unies sur le climat à Dubaï, comme une étape importante vers la réalisation des objectifs climatiques.

Dans un communiqué, Biden a salué l’accord pour « s’être engagé, pour la première fois, à abandonner les combustibles fossiles qui mettent en danger notre planète et nos populations, en acceptant de tripler les énergies renouvelables à l’échelle mondiale d’ici 2030, et plus encore ».

Le président a toutefois noté qu’il restait « un travail substantiel à faire pour maintenir l’objectif de 1,5 degré Celsius à portée de main ». Les scientifiques estiment que la température moyenne mondiale ne devrait pas dépasser celle de l’époque préindustrielle de plus de 1,5 degrés (2,7 degrés F) si l’on veut éviter les effets les plus graves et potentiellement irréversibles du changement climatique.

Les délégués de près de 200 pays se sont mis d’accord plus tôt dans la journée sur l’accord, après deux semaines de négociations. Le plan vise les principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement de la planète, et plus de 100 pays ont fait pression pour un langage encore plus fort, demandant une « élimination progressive » explicite des combustibles fossiles.

L’accord final appelle plutôt à « abandonner les combustibles fossiles dans les systèmes énergétiques, d’une manière juste, ordonnée et équitable, en accélérant l’action au cours de cette décennie critique ».

En outre, l’accord prévoit de tripler la capacité d’énergie renouvelable d’ici 2050 et d’accélérer les technologies telles que le captage et le stockage du carbone.

« A ceux qui se sont opposés à une référence claire à une élimination progressive des combustibles fossiles dans le texte de la COP28, je tiens à dire qu’une élimination progressive des combustibles fossiles est inévitable, qu’ils le veuillent ou non », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. sur X. « Espérons que cela n’arrive pas trop tard. »

Les combustibles fossiles fournissent actuellement environ 80 % de l’énergie mondiale, dont les deux tiers de la production électrique, selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement.

La mise en œuvre de l’accord dépendra de chaque pays et de la manière dont ils adapteront leurs propres politiques et investissements.

Certaines informations de ce rapport proviennent de l’Associated Press, de l’Agence France-Presse et de Reuters.

A lire également