Veicoli pesanti usati: così l’Europa inquina di nascosto il Sud globale

c’est ainsi que l’Europe pollue le Sud

Véhicules lourds d’occasion : voilà comment l’Europe pollue secrètement les pays du Sud

Avec le Japon et la Corée du Sud, l'UE représente 60 % des exportations de véhicules lourds d'occasion.

(Rinnovabili.it) – L'Europe, la Corée du Sud et le Japon sont les plus grands exportateurs mondiaux de véhicules lourds d'occasion. Des bus et camions d’occasion très polluants, qui finissent principalement dans les pays à revenus moyens et faibles. Et bien qu’ils ne représentent qu’une part minime des ventes mondiales de véhicules, à peine 3,6 %, ils augmentent considérablement les émissions du transport.

En effet, entre 2000 et aujourd’hui, les émissions de CO2 générées par les véhicules lourds d’occasion ont augmenté de 30 %., les camions représentant à eux seuls 80 % de l’augmentation. De plus, ces véhicules sont également responsables de plus de 40 % des oxydes d'azote (NOx) générés par le secteur des transports, d'environ 2/3 des particules fines (PM2,5) et de plus de 20 % des particules carbonées (noir de carbone). ).

lire aussi Adieu les émissions des transports lourds : l'UE les réduira de 90 % d'ici 2040

C’est ce qui ressort de la première évaluation mondiale des impacts climatiques, environnementaux et sanitaires du commerce des poids lourds d’occasion dans le monde. publié aujourd'hui par l'Agence des Nations Unies pour la protection de l'environnement.

Une évaluation qui a le mérite d'éclairer le poids réel d'un domaine, celui de l'exportation des véhicules d'occasion dépassant les 3,5 tonnes, qui échappe souvent aux radars du suivi de l'évolution des émissions dans le secteur des transports. En termes de valeur et de volume, entre 2015 et 2020, le Japon était le plus grand exportateur avec 1,3 million d'unités (environ 67 000 bus d'occasion et 1,2 million de camions). L'UE a exporté près d'un million de véhicules lourds d'occasion (75 000 bus et 898 000 camions d'occasion), tandis qu'un autre million a été vendu au sein des Vingt-Sept, soit un chiffre d'affaires de 21 milliards de dollars. Là Corée du Sud au lieu de cela, elle a exporté environ 134 000 véhicules lourds d’occasion dans le monde entier au cours de la même période.

lire aussi Truck-as-a-Service, l'évolution du transport lourd ?

Pourquoi ces chiffres sont-ils importants ? Pour deux raisons. La première : même si les volumes de véhicules lourds d’occasion sont bien inférieurs à ceux des véhicules légers, leur contribution à la pollution de l'air, aux accidents de la route, à la consommation élevée de carburant et aux émissions de gaz à effet de serre est très élevée. Deuxième raison : bien qu’ils polluent davantage, la plupart des pays de destination ont des règles beaucoup plus permissives pour véhicules lourds et légers.

« De nombreux pays en développement ne disposent pas de réglementations minimales pour encourager l’importation de véhicules lourds d’occasion plus propres et plus sûrs, et là où des réglementations existent, leur application est inexistante ou faible. Dans le même temps, aucun pays exportateur de véhicules lourds d’occasion n’a d’exigences minimales pour l’exportation de véhicules lourds d’occasion de qualité.note l'Unep.

A lire également