incentivi italiani comunità energetiche

Incitations italiennes pour les communautés énergétiques, feu vert de l’UE

Les incitations italiennes aux URCE, une mesure « nécessaire et adéquate »

(Rinnovabili.it) – Neuf mois se sont écoulés depuis que le ministère de l’Environnement et de la Sécurité énergétique a envoyé le texte du nouveau décret sur les URCE et l’autoconsommation. Aujourd’hui arrive enfin feu vert officiel de la Commission européenne. L’exécutif européen a approuvé, en vertu des règles en matière d’aides d’État, le Programme italien d’incitation pour les communautés énergétiques renouvelablel’instrument de 5,7 milliards d’euros né du Décret législatif du 8 novembre 2021, n. 199. « En raison de son caractère unique, la disposition italienne – a commenté le ministre de l’Environnement Pichetto – a nécessité une forte attention de la part de la Commission européenne, qui a pourtant pleinement validé le modèle italien : celui-ci représente donc aujourd’hui un pionnier pour d’autres expériences sur le continent.».

lire aussi Règles de fonctionnement pour une autoconsommation généralisée, les propositions du GSE

Le feu vert européen

Pour l’exécutif européen, des incitations pour les URCE locales pourra encourager le développement de la production d’énergie renouvelable; et la mesure est réputée « nécessaire, approprié Et proportionné» pour la réalisation des objectifs environnementaux européens et nationaux.

« Ce régime – a commenté le commissaire chargé de la politique de concurrence, Didier Reynderspermet à l’Italie de soutenir la production et l’autoconsommation d’électricité à partir de sources renouvelables par les communautés énergétiques. Il renforcera l’engagement des citoyens et leur participation directe à la transition vers les énergies vertes en aidant les communautés locales à multiplier les centrales de production d’énergies renouvelables.

Comme l’explique la Commission européenne dans un communiqué de presse, les nouvelles incitations nationales en faveur des communautés d’énergies renouvelables seront en partie financées par le dispositif de récupération et de résilience (RRF). La partie en question restera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2025, tandis que le reste – financé par des factures italiennes – jusqu’au 31 décembre 2027.

Décret CER, quelles incitations pour les collectivités énergétiques et les autoconsommateurs ?

Le régime d’incitation italien mis en place dans le décret ministériel CER est dédié à tous ces projets d’autoconsommation d’une capacité allant jusqu’à 1 MW. Les bénéficiaires peuvent accéder au mécanisme selon le principe du premier arrivé, premier servi. Deux types d’aides sont accordées : un tarif incitatif et une contribution non remboursable.

Le taux incitatif

L’arrêté ministériel relatif aux communautés énergétiques prévoit un taux d’incitation sur la quantité d’électricité consommée par les autoconsommateurs (clients finaux qui produisent de l’électricité à partir de sources renouvelables pour leur propre consommation) et par les communautés d’énergies renouvelables (entités juridiques qui permettent aux citoyens, aux petites entreprises et aux autorités locales de produire, gérer et consommer leur propre électricité). La mesure dispose d’un budget de 3,5 milliards d’eurosfinancé par un prélèvement sur les factures d’électricité de tous les consommateurs et le la puissance finançable est égale à un total de 5 GW. La valeur de l’incitation, versée sur une période de 20 ans, sera différenciée selon la taille de l’usine et la situation géographique. Dans le détail, le taux d’intéressement est quant à lui divisé en une partie fixe et une partie variable :

  • la partie fixe varie en fonction de la taille du systèmedécroissant à mesure que la puissance installée augmente.
  • la part variable varie en fonction du prix de marché de l’énergie (Pz), décroissant à mesure que le PZ augmente.
incitations pour les communautés d’énergies renouvelables

Il existe également une augmentation tarifaire pour les centrales CER construites dans les régions centrales (plus 4 €/MWh) et dans le nord de l’Italie (plus 10 €/MWh).

La contribution non remboursable

Le la contribution non remboursable couvre jusqu’à 40 pour cent des coûts admissiblespour un budget total de 2,2 milliards d’euros, financé par le FRR. Pour bénéficier de l’aide, les projets éligibles doivent être opérationnels avant le 30 juin 2026 et être situés dans des communes de moins de 5 000 habitants. L’objectif est d’installer une puissance totale d’au moins 2 GW.

Bien que les deux mesures puissent être combinées, le montant total de l’aide de l’État ne peut excéder le déficit de financement des projets, de sorte que l’aide est limitée au minimum nécessaire à la réalisation des projets.

Coût d’investissement maximum

Le décret MAse relatif aux incitations aux URCE prévoit des plafonds de dépenses précis :

  • 1 500 €/kW, pour les systèmes jusqu’à 20 kW ;
  • 1 200 €/kW, pour les systèmes d’une puissance supérieure à 20 kW et jusqu’à 200 kW ;
  • 1 100 €/kW pour une puissance supérieure à 200 kW et jusqu’à 600 kW ;
  • 1 050 €/kW, pour les installations d’une puissance supérieure à 600 kW et jusqu’à 1 000 kW.

Lois ici la présentation de l’arrêté ministériel d’incitations aux communautés énergétiques

A lire également