EL PAÍS

La deuxième vague de chaleur commence au Mexique avec des températures supérieures à 45 degrés

Trois semaines après la première vague de chaleur de la saison au Mexique, la deuxième vague débutera ce vendredi avec des températures supérieures à 45° Celsius dans six entités : Chiapas, Guerrero, Michoacán, Oaxaca, Tabasco et Veracruz. C'est ce qu'a annoncé le Service météorologique national dans son communiqué matinal des prévisions quotidiennes. Face aux températures élevées, l'agence recommande à la population de s'hydrater adéquatement, d'éviter de s'exposer au rayonnement solaire pendant des périodes prolongées et d'accorder une attention particulière aux personnes souffrant de maladies chroniques, aux enfants et aux personnes âgées.

Les prévisions prévoient également que des températures de 40 à 45° seront enregistrées à : Campeche, Colima, Jalisco, Morelos, San Luis Potosí, Tamaulipas et Yucatán. De 35 à 40° à : Aguascalientes, Baja California, Baja California Sur, Chihuahua, Coahuila, Durango, le sud-ouest de l'État de Mexico, Hidalgo, Guanajuato, Nayarit, Nuevo León, le nord et sud-ouest de Puebla, Querétaro, Quintana Roo , Sinaloa, Sonora et Zacatecas ; et de 30 à 35° à Mexico et Tlaxcala.

Qu’est-ce qu’une canicule et comment se produit-elle ?

Le National Weather Service définit une vague de chaleur – également appelée vague de chaleur – comme « un réchauffement important de l’air ou une invasion d’air très chaud, sur une vaste zone », qui « dure généralement de quelques jours à une semaine ».

« Ce terme fait référence à au moins trois jours consécutifs au cours desquels les températures de l'après-midi et de l'aube, c'est-à-dire les maximales et les minimales, sont supérieures à la normale, c'est-à-dire qu'elles sont plus chaudes. Cela signifierait que toute la journée, pendant au moins trois jours, vous ressentez plus chaud que la normale. Si cette période était prolongée, qui pourrait être de cinq, sept jours, par mois, cela ferait référence au même phénomène », a détaillé le météorologue José Martín Cortés à Jiec en février dernier.

La première canicule de l'année

Lundi 15 avril dernier, la capitale mexicaine a battu son propre record de chaleur avec une température maximale de 34,2° Celsius enregistrée à l'observatoire Tacubaya, du Service météorologique national. La précédente avait eu lieu le 9 mai 1998, avec 33,9° Celsius au même endroit. Le nouveau record pour Mexico s'est produit alors que la première vague de chaleur de ce printemps était en cours.

Le printemps avance début mai avec des températures élevées et depuis jeudi matin plus de 45° Celsius étaient prévus dans sept États : Campeche, Chiapas, Oaxaca, San Luis Potosí, Tabasco, Veracruz et Yucatán, tandis que le climat mexicain est toujours sous influence. du phénomène El Niño, qui provoque des températures extrêmes et des sécheresses à cette période de l'année.

Le chercheur Víctor Manuel Torres Puente a expliqué à ce journal le mois dernier qu'il était « hautement probable » qu'un autre record de chaleur soit atteint dans la capitale au printemps, car « l'expérience des années précédentes a montré historiquement qu'après une [fenómeno del] El Niño très intense, en particulier au Mexique, s’ensuit des événements de températures très extrêmes.

Les spécialistes Torres Puente et José Martín Cortés, consultés par Jiec il y a quelques semaines, ont convenu que pour le reste du printemps, les températures élevées persisteraient et que quelques pluies seraient attendues. Ils ont expliqué qu'à mesure que le printemps avance, la transition du phénomène El Niño à La Niña vers l'été est imminente, qui débutera le 20 juin prochain. Le premier est un événement cyclique associé au réchauffement anormal de l’océan Pacifique équatorial et provoquant un printemps plus chaud et plus sec. La seconde modifie la circulation globale lorsque la température de surface de la mer du Pacifique équatorial présente une anomalie égale ou inférieure à -0,5° pendant au moins un mois et favorise les pluies. Pour cette raison, on s’attend à ce que la saison chaude et sèche soit suivie d’une saison de pluie et de cyclones tropicaux avec des précipitations plus importantes dans plusieurs régions du pays.

A lire également