Phase out delle fossili: l’Europarlamento prepara l’agenda per la Cop28

le Parlement européen prépare l’ordre du jour de la Cop28

La COP28 à Dubaï débutera le 30 novembre

(Rinnovabili.it) – Un accord mondial sur éliminer progressivement les fossiles et l’arrêt presque immédiat des subventions pétrolières et gazières. Ce sont les points que le Parlement européen veut mettre au centre de l’agenda Cop28 à Dubaï, lancement le 30 novembre. Dans une résolution sans engagement approuvé Hier, les députés accentuent la pression sur les pays producteurs d’hydrocarbures, les plus réticents à discuter des énergies fossiles lors du sommet sur le climat.

Fini les subventions fossiles d’ici 2025

L’engagement le plus strict concerne les subventions aux combustibles fossiles. Pour les députés, le sommet de Dubaï doit parvenir à un accord qui renforce les engagements existants sur réduire les subventions. Jusqu’à présent, le langage utilisé dans les communiqués finaux des dernières COP se limite à engager les États à réduire progressivement la pollution. Des subventions « inefficaces » aux fossiles. Mais sans feuille de route, sans date de fin ou sans définition claire de ce que l’on entend par inefficace.

La demande du Parlement européen vise à obtenir l’engagement d’une suppression progressive de toutes les subventions, directes et indirectes, aux combustibles fossiles. « dès que possible et d’ici 2025 ».

Le point crucial de l’élimination progressive des fossiles

Mais la véritable pierre angulaire de l’agenda de la COP28 à Dubaï doit être éliminer progressivement les fossiles. Une question cruciale qui, jusqu’à présent, a toujours manqué non seulement dans les conclusions des sommets sur le climat, mais aussi dans les discussions entre États. L’année dernière, lors de la COP27 à Charm el-Cheikh, la délégation de l’UE a tenté de faire avancer cette question, rassemblant le soutien d’une centaine de pays. Mais le processus de négociation avance par consensusc’est-à-dire à l’unanimité, et l’opposition d’une poignée de pays – dont l’Égypte qui assurait la présidence tournante – a suffi à faire échouer la tentative.

Le sommet de Dubaï qui débute la semaine prochaine, réaffirment les députés, doit produire un triple accord mondial qui rassemble un nouvel objectif mondial sur les énergies renouvelables, à savoir tripler la capacité installée d’ici 2030, un objectif sur l’efficacité énergétique (le doubler d’ici la fin de la décennie) et l’élimination progressive de la production pétrolière et gazière. Les députés demandent que cela se produise le plus rapidement possible et que le communiqué final de la COP28 inclue également la demande aux pays membres de limiter les nouveaux investissements dans les activités d’extraction.

A lire également