Lettre ouverte à Lula : l'opportunité latino-américaine au G20

Lettre ouverte à Lula : l’opportunité latino-américaine au G20

Président Lula :

Il y a un peu plus de 200 ans, naissait un mouvement révolutionnaire animé par un esprit d’indépendance et d’intégration qui allait changer le cours de notre région, ouvrant la voie à nos nations modernes, aujourd’hui non exemptes des défis de développement. Mais l’intégration latino-américaine reste une utopie. Aujourd’hui, vous avez une occasion cruciale, en tant que capitaine du G20, de nous débarrasser de l’industrie des combustibles fossiles et de promouvoir la camaraderie latino-américaine.

Vous pouvez – et devez – diriger une coalition de pays en développement au sein du G20. Nous saluons l’accueil de l’Union africaine en tant que membre permanent du G20, ainsi que les invitations adressées aux chefs de gouvernement de l’Uruguay et du Paraguay à participer au Sommet en 2024 et au 20 pays vulnérables (V20), dans l’un de leurs groupes de travail. Il est encourageant de constater une plus grande représentation des pays en développement dans cet espace multilatéral d’importance mondiale.

Ce partenariat avec d’autres chefs de gouvernement de la région pourrait se poursuivre avec le Mexique et l’Argentine, qui font également partie du G20, et devenir une présence régionale coordonnée. Il y a plus de choses qui nous unissent que qui ne nous séparent. Ce moment politique pourrait servir à explorer les points communs, les synergies et les compléments économiques, politiques et climatiques qui permettent de construire un héritage d’un agenda régional qui résonne haut et fort avec les intérêts des pays les plus développés et les plus puissants du monde.

Les organisations de la société civile imaginent un G20 déclarant au monde sa volonté politique de promouvoir une transition énergétique juste qui nous libère des économies extractives ; un G20 qui s’engage en faveur de l’Amérique latine en tant que région ayant le potentiel de mettre en œuvre des actions précoces et de devenir une référence internationale avec la justice environnementale et sociale au centre de ladite transition ; et un G20 qui valorise la biodiversité et la richesse de nos écosystèmes. Nous, d’Amérique latine et des Caraïbes, pouvons vous aider dans cette tâche titanesque.

Président Lula, nous vous exhortons, sous votre direction, à respecter les engagements suivants :

  • Premièrement : que le G20 apporte une solution efficace et réelle aux niveaux d’endettement incommensurables et aux disparités notables qui empêchent les pays en développement de parvenir à une réponse juste et suffisante à la crise climatique et d’éviter une nouvelle vague de dette extérieure de la part des pays du Sud. Il est essentiel de transformer les objectifs et le fonctionnement des institutions financières pour internaliser le changement climatique et gérer la dette, en concevant et en appliquant des instruments tels que les échanges de dettes et la suspension ou l’annulation de la dette pour les pays les plus vulnérables ; et créer une alliance entre les banques multilatérales et nationales de développement pour réduire leur aversion au risque lorsqu’elles investissent dans les régions en développement.
  • Deuxièmement : que les pays du G20 mènent l’élimination progressive du pétrole, du gaz et du charbon, notamment pour réduire les émissions de CO2 et de méthane, en réduisant production de combustibles fossiles d’environ 40 % d’ici 2030. C’est sans aucun doute l’objectif qui présente le plus grand potentiel de transformation pour empêcher que le nombre de catastrophes environnementales continue d’augmenter et pour empêcher le déplacement climatique de millions de personnes. Cette élimination progressive doit prendre en compte la promotion de moyens de subsistance alternatifs. C’est la seule façon pour que les autres efforts visant à surmonter cette crise climatique aient un réel effet.
  • Troisièmement : que le G20 mette en œuvre son récent engagement visant à tripler la capacité mondiale d’énergies renouvelables, en soutenant le déploiement, en particulier, de l’énergie éolienne, solaire, de la bioénergie moderne et de la production d’hydrogène vert, dans les régions en développement. Si, sous votre direction en 2024, le G20 s’engage à investir substantiellement dans le potentiel de l’Amérique latine et des Caraïbes, de l’Afrique et de l’Asie pour qu’elles soient 100 % renouvelables d’ici 2040, cela se traduirait par un coup de pouce concret pour atteindre les objectifs fixés. objectif mondial selon lequel au moins, d’ici 2030, 70 % de la production d’électricité proviendra d’énergies renouvelables.
  • Quatrièmement : que le G20 collabore avec l’Amérique latine et les Caraïbes pour promouvoir des garanties environnementales et sociales dans le cadre d’une transition énergétique équitable, tant dans le secteur minier que dans la production d’énergie renouvelable. L’extraction, la production et l’élimination finale des minéraux critiques nécessaires à ces fins doivent garantir les normes sociales et environnementales les plus élevées, en évitant à tout prix les violations des droits de l’homme, les dommages aux écosystèmes, la corruption et le déplacement de personnes.
  • Cinquièmement : que le G20 soutienne les pays amazoniens d’Amérique latine pour atteindre zéro déforestation, lutter contre l’exploitation illégale de l’or et conserver 80 % de l’Amazonie d’ici 2030, évitant ainsi le point de non-retour pour ce biome. Pour cela, un soutien à la mise en œuvre du Déclaration de Belém y compris des mesures concrètes pour lutter contre les illégalités et les crimes environnementaux et promouvoir le bien-être des communautés locales et des peuples autochtones.
  • Sixièmement : que le G20 assure la continuité du programme d’adaptation à la crise climatique initié sous la présidence argentine. Il est essentiel de rendre visibles les besoins et les priorités d’adaptation de la région et de combler les lacunes en matière de mise en œuvre, en particulier en matière de financement. Il doit y avoir un soutien politique explicite et un travail technique pour la mise en œuvre du cadre des objectifs mondiaux d’adaptation qui sera lancé lors de la COP28.

Président Lula : il est entre vos mains de réveiller le pouvoir que le G20 peut avoir pour être à l’avant-garde du défi le plus aigu de la survie de l’humanité telle que nous la connaissons ; et unir et positionner la région en cette période où une action collective mondiale est grandement nécessaire. La société civile latino-américaine est à votre disposition pour vous soutenir.

A lire également