Le nouveau chef de l’OMM appelle à un engagement mondial unifié pour lutter contre le changement climatique

Le nouveau chef de l’OMM appelle à un engagement mondial unifié pour lutter contre le changement climatique

Qualifiant le changement climatique de « plus grande menace mondiale de notre époque », Celeste Saulo, la nouvelle présidente élue de l’Organisation météorologique mondiale, est convaincue que « les activités humaines et industrielles sont sans équivoque responsables » de cette crise.

Lors d’un point de presse mardi à Genève, Saulo a déclaré qu’un engagement mondial unifié était nécessaire pour relever ce défi complexe.

« Mon souhait est que nous relevions ce défi ensemble, en tant que famille mondiale, liée par une responsabilité partagée, une vision de l’avenir de nos enfants et un objectif commun », a-t-elle déclaré.

Lorsqu’elle a pris ses fonctions de première femme secrétaire générale de l’OMM le 1er janvier, Saulo a bouleversé le « réseau des vieux » qui dirigeait l’agence météorologique des Nations Unies pendant plus de sept décennies.

« J’ai eu l’occasion de briser de nombreux plafonds, des plafonds liés aux résultats de crise, mais nous assistons ici à des temps nouveaux », a-t-elle déclaré.

« Ce que les femmes apportent aux organisations et en particulier à l’OMM, je pense, c’est la diversité. Nous avons différentes manières de réfléchir aux problèmes, aux problèmes et de trouver des solutions. Je ne dis pas que c’est forcément mieux, mais c’est différent », a-t-elle déclaré.

Saulo a souligné l’importance de la famille en déclarant : « Pour moi, c’est un élément constitutif, quelque chose qui me fait avancer parce que je pense tout le temps aux nouvelles générations.

« Je ne peux pas faire quelque chose sans penser à l’impact sur les générations futures. J’ai besoin de me sentir à l’aise avec ce que je laisse aux générations futures.

« J’ai un fils, une fille et un petit-fils qui sont nés il y a moins d’un mois. Donc, je suis vraiment émue par cela et je ressens une énorme responsabilité à cause de ces nouvelles générations », a-t-elle déclaré.

Saulo, originaire d’Argentine, est devenu le premier secrétaire général sud-américain de l’OMM. Après une brillante carrière universitaire, elle est devenue directrice du Service météorologique national de son pays et a ensuite occupé diverses fonctions de haut niveau au sein de l’OMM, dont celle de première vice-présidente, première femme élue à ce poste.

Aujourd’hui, en tant que chef de l’OMM, Saulo a appelé à une action urgente pour réduire le réchauffement climatique, alors que le monde se rapproche de plus en plus des limites fixées dans l’Accord de Paris sur le changement climatique.

Un récent rapport de l’OMM a confirmé que « 2023 est l’année la plus chaude jamais enregistrée, et de loin ». Il a déclaré que la température mondiale moyenne annuelle approchait 1,5 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, notant que l’Accord de Paris appelle à maintenir l’augmentation des températures mondiales bien en dessous de 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels au cours de ce siècle.

« Le changement climatique est le plus grand défi auquel l’humanité est confrontée », a déclaré Saulo. «Cela nous affecte tous, en particulier les plus vulnérables. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre plus longtemps. Nous agissons déjà, mais nous devons faire davantage, et nous devons le faire rapidement. »

« Venant du Sud, je suis parfaitement consciente de la nécessité de faire davantage pour donner la priorité aux besoins des plus vulnérables », a-t-elle noté.

Elle a averti que la crise climatique aggravait la crise des inégalités et sapait les efforts visant à lutter contre la pauvreté, la faim, la mauvaise santé, les déplacements et la dégradation de l’environnement.

« Nous nous trouvons à l’intersection des inégalités et du changement climatique, et nos stratégies doivent refléter l’urgence de l’époque. Notre engagement à réduire les inégalités et les écarts de développement est inébranlable.

« Nous donnerons la priorité aux initiatives régionales et sur le terrain, en veillant à ce que l’innovation atteigne chaque membre, en particulier ceux ayant un degré de développement relativement faible », a-t-elle déclaré, ajoutant : « L’adaptation au changement climatique n’est pas un choix mais une nécessité essentielle. »

Elle a déclaré que l’initiative « Alerte précoce pour tous » de l’OMM s’engage à garantir que « chaque personne sur Terre ait accès en temps opportun à des informations fiables, fiables et vitales sur les risques météorologiques et climatiques ».

L’initiative a identifié 30 pays, la plupart situés en Afrique, ainsi que dans les régions du Pacifique Sud et Ouest, qui sont particulièrement exposés aux risques et ont besoin d’aide pour résister aux catastrophes liées au climat et s’en remettre. Saulo a déclaré que des résultats concrets devraient être observés d’ici la fin de l’année dans ces 30 pays, dont Maurice, Haïti et la Guyane.

Reconnaissant que l’adaptation doit aller de pair avec l’atténuation, Saulo a déclaré que l’Observatoire mondial des gaz à effet de serre de l’OMM fournirait un aperçu complet et précis des émissions de gaz à effet de serre dans les régions et les pays du monde entier.

Elle décrit l’OMM comme une organisation dirigée par ses membres. À ce titre, elle a déclaré qu’il était important que l’OMM comprenne et mette en œuvre les besoins prioritaires de ses 193 États et territoires membres.

« La mise en œuvre est pour moi l’aspect crucial de tout ce que nous faisons », a-t-elle déclaré. « Si nous échouons dans la mise en œuvre, nous laisserons tomber le monde.

« Montrer les résultats concrets de ce que nous faisons est pour moi au centre de mon mandat », a déclaré le chef de l’OMM.

A lire également